Alm’âge. Association de lutte contre la maltraitance des personnes vulnérables

Ecoute, conseils, accompagnement

Le silence des professionnels

Classé dans : Non classé — 15 mars, 2012 @ 16:17

Selon une enquête réalisée par le ministère de l’emploi et de la solidarité entre 1994 et 1998, 54,3 % des personnels du secteur social avaient été, ou étaient confrontés à la question de la violence et de la maltraitance.

Plus encore que dans d’autres secteurs, la violence à l’égard des personnes handicapées est longtemps restée un tabou pour les professionnels. Certains intervenants ont notamment mentionné une tolérance autrefois plus grande vis-à-vis de pratiques aujourd’hui considérées comme maltraitantes, lorsqu’elles se produisent à l’encontre de personnes handicapées.

Ainsi en témoigne Mme Yolande Briand, secrétaire générale de la fédération « santé-sociaux » de la CFDT : « Il y a longtemps en France que l’utilisation des brimades physiques comme méthode éducative, tant dans la sphère familiale qu’à l’école, est condamnée (…) Pourtant, ces mêmes brimades ainsi que des violences psychologiques sont plus ou moins cautionnées lorsqu’elles se produisent dans des institutions. Cela tient sans doute à leur histoire. En effet, celles-ci ont été créées à l’origine pour isoler les marginaux et les « déviants ». On parlait alors de protection de la société. »

Sans aller jusqu’à cette extrémité, on constate malgré tout parfois une abolition des repères entre ce qui est un comportement normal vis-à-vis de la personne accueillie et ce qui constitue un acte de maltraitance : comme le soulignait Mme Gloria Laxer, directeur de recherche à l’université de Lyon, « l’occultation peut consister à considérer qu’il n’est pas si grave d’avoir privé la personne de manger une fois, ou de lui avoir donné une douche froide parce qu’elle était infernale. Le déni et le refus de signalement existent tout de même dans un certain nombre de cas. »

Une autre difficulté réside dans le caractère fortement hiérarchique des procédures à suivre dans les établissements, notamment en matière de signalement. Une différence d’appréciation de la situation entre le professionnel et l’encadrement peut conduire la direction à ne pas signaler certains faits. Or, comme le soulignait Mme Marie-Antoinette Houyvet, présidente de l’Association française des magistrats instructeurs, « Il est difficile, pour le salarié d’une structure, quelle que soit cette structure, de dénoncer auprès de la justice des faits que sa hiérarchie n’a pas signalés elle-même. Le salarié risque en effet de se retrouver dans une situation particulièrement inextricable. »

La proportion de salariés passant outre leur direction pour signaler eux-mêmes à la DDASS un cas de maltraitance serait donc un élément d’information important pour mesurer la liberté de parole dont les personnels bénéficient ou à l’inverse pour mesurer les pressions subies lors de soupçons de maltraitance. Les statistiques fournies par la DGAS ne permettent malheureusement pas l’individualisation des salariés et des directeurs dans le signalement des actes de maltraitance.

Mme Marie-Antoinette Houyvet, présidente de l’Association française des magistrats instructeurs (AFMI) souligne à ce sujet un fait révélateur : dans une grande majorité des cas, les signalements à l’autorité judiciaire interviendraient à l’occasion d’un changement de direction et « l’arrivée d’un nouveau directeur, de nouveaux chefs de service et de nouveaux éducateurs spécialisés entraîne bien souvent l’ouverture d’une information judiciaire au sujet des pratiques antérieures. »

Par ailleurs, la commission d’enquête a pu constater que la peur du licenciement restait très présente pour les professionnels qui dénoncent des actes de maltraitance, et ce malgré le progrès représenté par l’article L. 312-24 du code de l’action sociale et des familles, issu de l’article 48 de la loi du 2 janvier 2002, protégeant le salarié ayant procédé à un signalement contre des mesures discriminatoires de son employeur, comme cela a déjà été développé.

En matière de maltraitance, les syndicats jouent également un rôle ambivalent, notamment lorsqu’ils mettent en avant le risque de fermeture de l’établissement, et donc de plan social, lié à un signalement.

Dénonçant l’attitude corporatiste de certains syndicats, M. Pascal Vivet précisait : « J’ai (…) en tête, dans [une] affaire précise, la réflexion de syndicats m’affirmant que les affaires de mauvais traitement sur enfants étaient susceptibles de leur faire perdre soixante emplois sur l’ensemble du département. Ils m’ont donc demandé de ne pas les porter en justice. Un chantage s’est ainsi exercé à mon encontre. »

Cet état de fait est d’ailleurs admis par certains syndicats : ainsi M. Georges Brès, représentant de la CGT, concédait que « parfois les syndicats, ont plus ou moins fermé les yeux jusqu’à une période récente sous prétexte de protéger les salariés de manière inconditionnelle ».

Il semblerait donc que le fait de signaler des actes de maltraitance demande une certaine « révolution culturelle » de la part des professionnels, pour qui une telle dénonciation peut apparaître comme une « trahison du corps ».

Source: http://www.senat.fr/rap/r02-339-1/r02-339-111.html

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

LORRAINE FEMMES DE COEUR |
Association Initye |
LOZERE : Correspondants déf... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SEMELLE TERVAISE
| Dynamix' Crew!
| Guide Moi à travers la Drôme